Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation (le nombre de pages vues, le nombre de visites, leur fréquence de retour, ...). En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies de mesure d’audience. Si vous souhaitez refuser les cookies et les paramétrer, cliquer sur.. « En savoir plus »

 
Natixis Interépargne > Galerie des témoignages "collaborateurs"

Galerie des témoignages "collaborateurs"

Emilie Deshayes et Frédéric Adam - Chargés de gestion administrative - Services Rachats

Le témoignage des collaborateurs de Natixis Interépargne

Découvrez de façon régulière, la vision de nos collaborateurs sur leur propre métier en 6 questions

  • Bonjour à tous les deux ! Vous travaillez dans 2 services traitant des demandes de rachats et d’arbitrages. Quel a été le parcours qui vous a mené ici ?

Emilie : J’ai tout d’abord commencé au sein du service juridique pour un remplacement. A la suite de cette mission, il m’a été proposé un poste de chargée de gestion administrative au sein de l’un des services rachats Réseaux - j’ai pu ensuite rejoindre les grands comptes.

En fait, le métier évolue constamment, ce qui le rend très intéressant et constitue l’une des raisons pour laquelle je m’occupe toujours des rachats.

Frédéric : J’ai commencé à Natixis Interépargne dans un service PME qui regroupait le traitement de la participation, les investissements PEE et la saisie des règlements.

Aujourd’hui, après plusieurs réorganisations de services, je suis aux rachats Réseaux et je m’y plais !

 

  • Pouvez-vous nous présenter votre métier en quelques mots ? Au fait, pourquoi 3 services distincts ?

Emilie : Notre activité consiste à effectuer le traitement administratif de l’épargne salariale pour nos clients entreprises et salariés. Ceci dans le respect des conventions passées,de la législation en vigueur et des normes qualités.

Le portefeuille de notre activité se compose d’une partie réseau (TPE-PME, Groupe Natixis entre autres) et d’une partie "Grands Comptes" (EDF, Sanofi, Groupe Casino…).

Deux services ont la charge des grands comptes et le troisième service s’occupe des réseaux. Cette répartition entre 3 services nous permet de mieux connaître nos clients et de répondre ainsi plus précisément à leurs attentes.

Frédéric : L’activité des rachats est très diversifiée : nous traitons le courrier reçu, les fax, les mails... Nous assurons également le suivi des règlements auprès des entreprises.

Il y a effectivement trois services rachats : deux services rachats grands comptes qui gèrent les grandes sociétés telles EDF et Carrefour. Il y a également un service rachat Réseaux qui gère les petites et moyennes entreprises et les entreprises du groupe Natixis. Cette spécialisation des services rachats permet de répondre au mieux aux exigences et aux particularités des sociétés.


  • Du fait de votre proximité, des synergies ont-elles été créées entre vos services ?

Emilie : Plusieurs réorganisations ont eu lieu ces dernières années. Elles ont permis d’uniformiser nos façons de travailler. De ce fait, en période de forte activité, lorsqu’un service a besoin d’aide, chaque personne du département rachats est capable de lui apporter son aide de façon efficace.

Frédéric : En effet. Il y a une harmonisation de nos activités rachats même si les sociétés en charge sont différentes. Ainsi, nous collaborons souvent entre les 3 services afin de gérer l’activité au quotidien. Nos compétences communes permettent d’absorber le travail pendant les périodes de forte activité.

 

  • Vous avez récemment participé à un projet en relation avec les demandes de rachats. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Emilie : Aujourd’hui, un salarié peut effectuer sa demande de remboursement anticipé directement depuis son salon… grâce à son Espace personnel. Il choisit son motif de déblocage anticipé et il n’a alors plus qu’à se laisser guider. Dès que le salarié valide sa demande, cette dernière est injectée dans notre outil web rachats. Nous vérifions sa recevabilité et nous n’avons plus qu’à valider si tout est bien conforme. Si sa demande est incomplète, le salarié reçoit un mail d’information l’invitant à se connecter à son Espace personnel. Il peut ainsi compléter sa demande avec les bonnes pièces justificatives ou lire les raisons d’un éventuel refus. Cette nouvelle méthode permet d’être beaucoup plus réactif en terme de délais de traitement puisque nous n’échangeons plus par voie postale mais de façon digitale.

Frédéric : Il s’agit de la réalisation de Web Rachat : c’est une nouvelle application qui facilite l’administration des demandes de déblocage anticipé effectuées par les épargnants sur leur Espace personnel. Auparavant, les demandes qui étaient effectuées par les épargnants sur leur Espace personnel nous imposaient une nouvelle saisie et constituaient donc potentiellement une source d’erreur.


  • En quoi cette digitalisation a-t-elle simplifié votre activité et pensez-vous qu’il soit possible d’aller encore plus loin ?

Emilie : Auparavant, les salariés avaient déjà la possibilité de faire leur demande sur internet et ces dernières nous revenaient quotidiennement sous forme de fichiers que nous devions traiter manuellement au même titre qu’un courrier ou un fax. Alors qu’aujourd’hui, tout est administré en quelques clics pour valider, refuser ou demander des précisions sur le rachat.

Il est effectivement possible d’aller encore plus loin...Un travail est d’ailleurs en cours à ce sujet pour une version améliorée et encore plus performante de notre outil. Elle devrait permettre de faciliter la compréhension des salariés sur les éléments demandés ou sur le motif de refus. 

Frédéric : L’application Web Rachat permet d’intégrer la digitalisation des déblocages anticipés effectués par les épargnants sur leur Espace personnel. Il n’y a plus de retraitement manuel. Nous effectuons une vérification du déblocage et administrons directement le règlement.

Les échanges avec les salariés sont également améliorés. Aujourd’hui, au lieu de recevoir un courrier, l’épargnant reçoit une réponse par mail : cette interactivité lui permet de répondre en quelques minutes au lieu de plusieurs jours auparavant.

Les déblocages anticipés WEB sont donc devenus « 100% digital ».


  • Faisons un voyage dans le temps ! Comment imaginez-vous votre activité dans 10 ans ?

Emilie : Complètement digitale, sans aucun courrier, ni fax ! Avec pourquoi pas, la possibilité de « télétravailler » !

Frédéric : Quand je vois les évolutions de notre activité en moins trois ans : numérisation et automatisation des courriers avec code data matrix, digitalisation des déblocages anticipés…j’imagine une révolution digitale des règlements !

Evaluer ce contenu